Carte non disponible

Date/heure
Date(s) - 23 Mar 2019
20 h 30

Emplacement
Théâtre Jean-Claude Drouot

Catégories


Le Jazz à trois doigts

samedi 23 mars 2019 | 20:30

Théâtre Jean-Claude Drouot

Durée : 75 minutes.
Tout public

histoires populaire • Toscane • mélancolie
restauration « italienne » à 19h

par la Compagnia dell’Improvviso
avec la Fabrique de Théâtre

 

Le Jazz à trois doigts nous transporte dans l’Italie du début du vingtième siècle.

C’est le récit d’un simple paysan qui rêve de pouvoir vivre, envers et contre tout, sa passion pour la musique.

Autour de lui, la pauvreté, l’ignorance, la guerre et la plus grande usine de munitions d’Europe qui a rendu célèbre le minuscule village Toscan de son enfance.

 

Un spectacle à trois voix…

Trois artistes se réunissent sur scène pour raconter ensemble une histoire ; la petite histoire de l’usine de munitions de Lizzanno en Toscane, d’un père et d’un fils, d’un ouvrier et d’un musicien emporté dans la grande histoire du XXème siècle et de ces deux guerres mondiales. Sur scène, vidéo, jeu et musique s’allient pour nous proposer un spectacle à trois voix.

L’histoire de Learco s’inscrit dans la grande histoire de la première moitié du XXème siècle marquée par deux guerres mondiales.

 

L’histoire

Learco est né en 1911 à Lizzano, dans un petit village toscan, le jour même de la création de l’usine de munition – la SMI – qui allait faire la richesse industrielle de la vallée pendant le XXème siècle.

En grandissant, Learco semble lié de manière étrange à cette usine. Son père en tout cas en est convaincu : son fils doit devenir ouvrier et entrer à la SMI. Mais Learco n’est pas de cet avis. Sa passion pour la musique et l’accordéon le pousse vers un autre avenir.

Le Jazz à trois doigts est un récit, le récit d’un homme de nos jours qui plonge dans les souvenirs de son enfance pour nous raconter l’histoire de son grand-père. C’est un récit nourri par les images, les atmosphères, les sensations, les odeurs d’une époque lointaine.

La pauvreté, la condition ouvrière, la guerre, l’immigration, ces thèmes synonymes de souffrance et de tristesse sont accompagnés d’images et d’airs de musique qui viennent nous apporter la couleur de l’espoir.

Les images vidéo basculent entre images d’archives et rêveries historiques.

La musique a plusieurs sources d’inspiration : l’Italie des années 40-50, les musiques de bals, de fêtes populaires, le tumulte de la guerre, la mélancolie du temps passé.

Ainsi le texte, l’image, la musique viennent s’allier avec émotion pour une seule et simple harmonie, celle d’un jazz à trois doigts.